Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de druille QSE
  • Le blog de druille QSE
  • : Modification de la description le 17 mars 2016: Décroissance environnementale et lutte anti-tabac, au départ QSE, avec depuis peu devoir de réserve et donc blog en sommeil.
  • Contact

Texte Libre

Diplôme en 2013 Ingénieur de la dépollution, INSA de Toulouse. Fin mars 2016 fonctionnaire affecté au CGDD du MEEM.

 

Recherche

Texte Libre

Pauvre Overblog, comme je ne suis pas "premium", lors de la bascule sur la nouvelle interface, les commentaires ont disparus. Et j'ai dû revalider dans la gestion l'affichage des albums photos et des archives.

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 23:06

Mais à quoi jouent-ils avec cette date de 2050 ?

C’est quoi ?

Dans 33 ans la mort du nouveau messie qui naîtrait cette année de 2017 ?!? .

L’IFORE propose de consacrer toute une journée de réflexions et débats sur l’organisation future du travail en 2050 en envisageant de manière optimiste que ce serait du bonheur ! (le 23/03/2017, Anticiper les enjeux et modes de travail dans la fonction publique de 2050 : le bonheur en plus ?)

Je suis stupéfait du programme de cette conférence et des conférenciers qui se prêtent à cette mascarade. C’est encore plus fou que si en 1968 un groupe d’intellectuels avait imaginé « le bonheur » de septembre 2001 (aussi 33 ans d’écart) !! Foutaise donc !!

Sans parler de toutes les conneries que pourraient faire les humains avant 2030 (exemple élire Trump président des USA), il suffit de lire quelques dossiers sur le climat et les ressources de la Terre pour être convaincu qu’on ne peut rien prédire d’heureux. Une petite liste à la Prévert ? :

- ambitions de la SNBC (plaquette projet de stratégie) (voir les chiffres pour 2050 mais aussi pour 2030)

- Gestion et Impacts du Changement Climatique (florilège de projets de recherche 2008-2015)

- La stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020

- Nature 2050 (agissez pour la biodiversité et l’adaptation aux changements climatiques de vos territoires)

- Responsabilité et Environnement, N° 82 d’avril 2016 sur les métaux stratégiques (et les terres rares)

- Géosciences N° 21, (les ressources en eau du continent africain)

- plan micropolluants 2016-2021 pour préserver la qualité des eaux et de la biodiversité

- 3° plan national Santé Environnement (2015>2019), (lien tout en bas de page)

- les catastrophes naturelles en France, bilan 1982-2015

- chiffres clés du climat édition 2016

- chiffres clés de l’environnement

- ONERC, (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique) (Villes et adaptation au changement climatique ; GRRRR erreur 404 pour le téléchargement, je l’ai eu par l’intranet)

 

Et ce projet de bonheur pour 2050, prend-il en compte les conséquences de la signature du CETA ? (rapport entre CETA et climat).

 

Je m'arrête !

Tout ce que je lis me semble en grande partie tellement optimiste en dépit des chiffres tous alarmants que je me demande si c'est de l'inconscience ou de l'ironie.

 

Bruno

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 23:32

Mais que c’est dur !

Surtout si on capte des informations sortant des services d’innovation qui forcément « en gardent sous le coude ».

Exemple avec la veille technologique DGITM qui cite le projet MODULUSHCA : La vision d'un système logistique mondial interconnecté pour 2050.

Cela me semble parfaitement clair que certains veulent avoir la main sur tout à l'échelle mondiale. Bien sûr, ils se cachent derrière l'innovation.

 

Heureusement, bien d'autres informations m'orientent vers un peu plus d'optimisme. Une future conférence par l'INERIS sur la pollution de l'air m'a incité à aller sur leur site. Je le connaissais déjà, bien évidemment, mais pas avec l'angle du partenariat avec le MEEM. Quelles richesses documentaires entre les rapports annuels et les rapports scientifiques et bien d'autres documents ! Et tous portés sur l'amélioration environnementale. Consultez le dernier magazine N° 39 et son positionnement sur les nouveaux enjeux de la transition énergétique, ou la brochure sur les nanotechnologies.

Mais même avec tout ce travail de recherche, il y a de quoi s'inquiéter sur les risques sur nos santés. Un point alarmant sur la pollution atmosphérique dans diagonal_no_198 de novembre dernier fait réfléchir : dans quel état serait la planète sans toutes les actions pour diminuer les impacts humains ?

Et il s'en prépare bien d'autres comme par exemple l'ALLIANCE SOLAIRE INTERNATIONALE ou une analyse rétrospective : « COP21 : enseignements des ateliers de mobilisation de l’expertise ». Humm ! Pas si vite ! S'il y a du bon qui remonte le moral, il y a encore tant de négatif, qui en plus est bien scruté et fait l'objet de publication « Capital naturel : les valeurs manquantes de la prospérité » où il est écrit « Faire entrer la nature dans le calcul de la richesse des nations est donc une condition nécessaire à une prospérité durable ». Euractiv nous propose un aperçu des difficultés avec « Bruxelles, place forte du lobbying en Europe ».

Une dernière alternance optimisme/pessimisme. Le BRGM avec le dernier Géorama N° 34 liste « des solutions locales face à des enjeux globaux » alors que le Comité 21 s'immisce dans le débat sur « l'égalité réelle entre les femmes et les hommes » et que « Depuis 2012, le Gouvernement est pleinement mobilisé sur un objectif : dépasser l’égalité formelle et atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. La loi pour l’égalité réelle du 4 août 2014... » comme il est écrit dans Les chiffres clés 2016 [éditorial de Laurence Rossignol Ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes] et noté « Les Chiffres-clés 2016 vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes dressent un état des lieux des avancées réalisées et du chemin qu’il nous reste à parcourir. »

Je conclus en restant sur mon pessimisme avec une dernière lecture sur les ODD !

L'IDDRI pose une question sur l'efficacité française et j'ai des lectures internes qui me donnent des réponses qui confirment sa conclusion page 16 que rien n'est acquis.

Bruno

Repost 0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 19:48

C'est extraordinaire...de tomber sur cette information par hasard !

Mon serveur de données étant gravement en panne, j'ai surfé sur l'intranet, sur le domaine de l'eau que j'estime prioritaire. Alors j'ai trouvé, facilement, l'information de ce colossal projet promotionnel des meilleures initiatives mondiales pour le climat.

Texte intranet de présentation :  « Soutenir le meilleur des initiatives citoyennes du monde entier pour lutter contre le changement climatique, c’est l’ambition de 100 projets pour le climat.

Vous avez une solution efficace pour combattre le réchauffement climatique, vous faites partie des citoyens convaincus que c’est aussi à votre échelle que l’on peut faire bouger les choses et vous souhaitez en persuader les autres : la nouvelle plateforme web à destination de tous qu’a officiellement lancée le lundi 2 mai 2016 Ségolène Royal est faite pour vous !

Dans la dynamique de la COP 21, 100 projets pour le climat a en effet pour objectif d’accélérer l’émergence d’initiatives citoyennes pour lutter contre le réchauffement climatique en valorisant 100 initiatives citoyennes les plus innovantes pour le climat. Cette nouvelle étape participative va permettre de concrétiser les 100 solutions les plus innovantes à travers le monde en s’appuyant sur la richesse des débats de la Conférence Paris Climat.

Les leviers de lutte contre le réchauffement climatique ne manquent pas. Les projets proposés par les citoyens sont le reflet de cette richesse. Les solutions mises en lumière par cette opération concernent tous les domaines de l’action climatique : projets d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux transformations climatiques, de protection de la santé, de préservation de la biodiversité, de développement de systèmes d’alerte précoce…

Et tous les citoyens du monde sont invités à déposer leurs projets dans l’une des trois langues disponibles (français, anglais et espagnol) jusqu’au 6 juin. Du 6 juin au 6 juillet, c’est aux citoyens d’élire leurs projets favoris. À l’issue de la campagne de vote - il est possible de soutenir jusqu’à 10 projets -, les 100 projets ayant récolté le plus de voix seront désignés lauréats par Ségolène Royal. Ils bénéficieront d’un accompagnement pour favoriser leur changement d’échelle et d’une valorisation jusqu’à la COP 22 qui aura lieu en novembre 2016 à Marrakech.

Rendez-vous sur 100projetspourleclimat.gouv.fr pour y proposer vos projets et découvrir des initiatives ! »

 

L'intranet m'a dirigé vers le portail grand public. Super, comme cela je peux relayer.

Les 17 thématiques :
Eradication de la pauvreté,
Lutte contre la faim,
Accès à la santé,
Accès à une éducation de qualité,
Egalité entre les sexes,
Accès à l'eau salubre et à l'assainissement,
Recours aux énergies renouvelables,
Accès à des emplois décents,
Innovation et infrastructures,
Réduction des inégalités,
Villes et communautés durables,
Consommation responsable,
Lutte contre le changement climatique,
Protection de la faune et de la flore aquatiques,
Protection de la faune et de la flore terrestres,
Justice et paix,
Partenariats pour les objectifs mondiaux

 

« Dans la dynamique de la COP21, “100 projets pour le climat” a pour objectif d’accélérer l’émergence d’initiatives citoyennes pour lutter contre le réchauffement climatique. Cette nouvelle étape participative va permettre de concrétiser les 100 solutions les plus innovantes à travers le monde en s’appuyant sur la richesse des débats de la Conférence Paris-Climat. »

A J-12, il y a 310 projets.

« Il existe de nombreux leviers de lutte contre le réchauffement climatique. Les projets proposés par les citoyens sont le reflet de cette richesse. Ils portent sur tous les domaines de l’action climatique.

Accès à la santé

Accès à l'eau salubre et à l'assainissement

Recours aux énergies renouvelables

Villes et communautés durables

Consommation responsable

Lutte contre le changement climatique

Protection de la faune et de la flore aquatiques

Protection de la faune et de la flore terrestres »

 

 

Je pense voter pour ces 10 projets :

Fiche projet Agua Derecho Para Todos

Fiche projet Ecofiltro

Fiche projet Ecodeneige

Fiche projet Eau Potable Pour Tous

Fiche projet wPower Project

Fiche projet Genius

Fiche projet AJCC

Fiche projet Hydrophot

Fiche projet Grainothèque

Fiche projet Isolum Kitrenolumière

 

Ils sont quand même loin de ce qu'il faudrait faire pour sauver la planète, c'est-à-dire supprimer les 20 % de pollueurs qui génèrent 80 % des pollutions, et éradiquer en priorité les 2 % de riches qui possèdent 99,99 % des richesses !!!

Bruno.

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 18:40

Encore un point positif pour redonner le moral. J’ai assisté à ce colloque qui était ouvert à tout le monde, et j’ai découvert 4 services innovants !

Texte intégral de la présentation du colloque :

Commissariat Général au Développement Durable

Institut National de la Consommation
(les logos images ne passent pas avec mon abonenemt)

PARTICIPEZ AU COLLOQUE

 

 

La consommation collaborative,

un atout pour la transition énergétique et écologique?

 

 

Mardi 17 mai 2016

14h00 à 17h30

 

 

Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer

AUDITORIUM de la Tour Sequoia - 92055 La Défense

(métro ligne 1 terminus La Défense ou RER A station La Défense Grande Arche)

 

Des innovations technologiques, en particulier numériques, ont récemment permis l’essor d’un nombre croissant de services et d’activités reposant peu ou prou sur le partage, l’échange entre consommateurs particuliers. Le vocable de « consommation collaborative » est venu englober cet ensemble hétéroclite d’activités soit réellement nouvelles, soit connaissant un saut quantitatif.

 

Vecteur de croissance espéré, renvoyant à des valeurs de partage qui font croire à certains à la proximité d’un changement de paradigme de notre société, cette « consommation collaborative » est fortement mise en avant médiatiquement et souvent étudiée au sein d’organismes et d’événements.

 

Toutefois, un autre aspect de ce secteur en expansion est son rapport à l’environnement. De fait, en proposant aux consommateurs de partager des biens et des services, cette économie n’est-elle pas un atout dans la lutte contre le réchauffement climatique et, plus généralement, pour la préservation de notre environnement ? C’est sous cet angle que le CGDD, en partenariat avec l’Institut national de la consommation, propose de réfléchir au cours d’un colloque.

 

PROGRAMME

 

Accueil des participants avec un accueil café à partir de 14H00

 

14H30 Ouverture

Laurence MONNOYER-SMITH, Commissaire Générale au Développement Durable

 

14H45 Un panorama de la consommation collaborative en France : quelle économie, quels développements ?

 

Jean-Pierre LOISEL, chef du service Communication Éducation Développement, Institut National de la Consommation

 

Modération des tables rondes : Olivier PERRIN, chargé de mission recherche sur les modes de vie durables, Direction de la recherche et de l'innovation, Commissariat général au développement durable

 

 

15H10 Table Ronde

La consommation collaborative, une consommation durable ?

 

  • Alain GELDRON, expert national Matières Premières,

    direction Économie Circulaire et Déchets de l'Agence

    de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie


    (Ademe)

 

  • Dominique ROUX, professeur de marketing à

    l’université de Reims Champagne-Ardennes

 

  • Eva SADOUN, directrice générale de 1001pact,

    plateforme d’investissement participatif pour financer

    des entreprises à fort impact environnemental et social

 

  • Frédéric GRIFFATON, président et cofondateur de

    Mutum,
    plateforme participative de prêt et d'emprunt

    d'objets entre particuliers

 

16H10 Temps d’échange avec le public

 

16H20 Table Ronde

La consommation collaborative, un accélérateur de la transition énergétique et écologique ?

 

  • Florence BENOIT-MOREAU, maître de conférence

    Paris-Dauphine

 

  • Damien DEMAILLY, coordinateur du programme

    Nouvelle Prospérité à l’Institut du Développement

    Durable et des Relations internationales

 

  • Olivier BINET, président de Karos, service de

    covoiturage sur mobile

 

  • Frédérique LORENTZ, directrice marketing de

    Koolikar, entreprise de location de véhicules entre

    particuliers sans échange de clés

 

17H20 Temps d’échange avec le public

Lors de la séance des questions de la salle, j’ai pu m’exprimer et féliciter Eva Sadoun [1001pact] et Frédéric Griffaton [Mutum] (je n’ai pas renouvelé ma remarque à Olivier Binet [Karos] et Alexandre Bol [Koolikar], mais ils la méritaient tout autant) en disant que je les trouvais complètement fous de s’attaquer au système et en leurs demandant s’ils avaient conscience des dangers de s’attaquer aux puissants et comment ils s’étaient préparés par exemple si Google ou LVMH leurs proposaient de racheter leurs structures pour 1 milliard (la salle a rigolé). Eva et Frédéric ont très bien répondu l’un en tournant en dérision une telle offre en disant qu’il la publierait dans la presse et indiquerait qu’il la refuserait préférant garder son âme, et l’autre en stipulant que l’esprit de création et de changement de paradigme est bien supérieur à l’esprit de spéculer et rentabiliser son idée. Je pense qu’ils se voient bien tous les deux renverser les habitudes du système profiteur et pollueur actuel et contribuer à imposer la consommation collaborative comme un des moyens de sauver l’humanité.

Bruno.

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 22:00

Je reprends vraiment espoir. Un peu parce que ma chef Ségolène Royal va signer demain la convention d'accord après la COP21. Beaucoup parce que le problème d'argent va être vite résolu. Je crois franchement à la multiplication des « Panama papers », comme je l'ai déjà imaginé.

Considérez que les états récupéreront 20 à 50 % de finances en plus par rapport à leurs budgets actuels avec « Luxembourg papers » suivi de « Monaco papers » et en apothéose « Davos papers ».

Allez, les petites mains au courant de ces ignobles malversations, « vendez » la mèche.

Avec tout cet argent mis au service de l'environnement, tous les projets seront boostés et toutes les mauvaises courbes des pollutions et des GES vont s'inverser.

Et puis, en 2017, il pourrait aussi y avoir une vrai alternance politique avec l'abandon du monopole de l'UMPS et l'avènement d'un leader honnête et clairvoyant, Nicolas Dupont-Aignan auteur entre-autres de « France, lève-toi et marche » et « Les voleurs de la République, enquête sur les paradis fiscaux ».

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 20:13

Une fois n'est pas coutume, je vais communiquer « positif ».

Par mes nouvelles fonctions, je viens d'être informé de ce portail « Tout sur l'environnement », par l'intermédiaire de la lettre du CGDD de mars 2016 N° 73.

Ma foi, même s'il existe depuis 2009 et qu'il a fait peau neuve en novembre 2015, et qu'il est forcément incomplet (PPRT Hérakles Toulouse = 0 résultat) et un peu langue de bois, il recense plus de 132000 ressources.

J'ai notamment apprécié dans Contributeurs/Documents utiles « les 22 thèmes et 156 sous thèmes du portail ».

Comme quoi, maintenant, on peut dire qu'on connaît bien la situation environnementale catastrophique de la planète…

Y . . A . . PLUS . . QU'A . . .

Putain ! En 2017 les élections présidentielles vont se jouer sur les actions pour la survie de la planète ! (bon aussi sur l'emploi, la sécurité et la fraude fiscale).

Tiens, bizarre, comment s'articule ce portail avec l'open data (data.gouv.fr) ? Doublon ou pas ?

Il subsiste des marges d'améliorations web (opquast.com).

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 12:39

Mon blog ne traitera plus de développement durable.

Parce que je me retrouve encore plus impliqué dans ce « monde », ayant réussi le concours d'entrée au ministère du Développement Durable.

J'estime que j'avais le droit d'exprimer tout ce que j'ai écrit précédemment, alors je pense avoir le droit de le laisser en ligne d'autant que je n'en ai pas du tout honte.

Mais dès maintenant,
j'applique le devoir de réserve.

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 21:39

Je viens d'assister à un débat sidérant.

L'ORDIMIP organisait une présentation de la future implantation d'un centre de transit de déchets dangereux.

 

Les débats furent passionnés, mais « au ras du trottoir ». D'ailleurs, le maire d'une commune limitrophe du projet a conclu, malgré lui: « qu'il approuvait et estimait l'activité de collecteur des déchets mais que le futur site n'avait pas sa place si proche de sa commune ».

 

HAAA, LES NIMBYS !

Il faut les comprendre. Tous les français en ont plus que marre de la situation médiocre entretenue par les incapables qui nous gouvernent depuis des décennies. Alors, si en plus on leur perturbe leur bout de trottoir, ils pètent un boulon et se rebellent.

 

Je n'ai pas voulu polémiquer à ce débat mais j'aurais pu demander à ces habitants s'ils savaient où étaient brulées leurs ordures ménagères. Je suis membre d'une association de quartier qui possède dans son périmètre une importante usine d'incinération. Et pour suivre les études sur son évolution et son devenir, l'association est membre de l'Ordimip. Alors on pourrait leur rétorquer que s'ils ne veulent pas d'un centre de transit des déchets, on leur mettra carrément une usine d'incinération....

 

Un membre d'une association opposée à ce projet a d'ailleurs interpellé le président de l'Ordimip pour lui demander d'intervenir auprès des élus de la région et pour lui fournir des données chiffrées sur les gestions des déchets.

Le président a eu beau jeu de lui répondre 2 choses:

- d'abord le rôle de l'Ordimip est de faire des études et d'organiser des concertations mais absolument pas de faire du lobbying auprès des élus.

- ensuite, il lui a demandé si son association était membre de l'Ordimip (NON, bien sûr !) en lui signifiant l'incongruité de ne s'intéresser, voire s'impliquer, que quand un problème local se présente.

 

BREF...

Les nimbys se révoltent, mais ils sont par nature tellement égoïstes qu'ils « se bouffent la gueule entre-eux ». De nouveaux nimbys ont la révélation que d'autres nimbys allaient leur polluer leur existence, ce qu'ils seraient eux-mêmes tout-à-fait prêts à accepter dans l'autre sens (ça me rappelle la chute finale du sketch de Fernand Raynaud chez le boucher).

 

Le NIMBY = la nouvelle plaie de notre vie en communauté !

 

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 17:32

 Merci pour ces dernières infos AVAAZ, mais quelle ineptie d'écrire « Nous POUVONS arrêter cela ».

Je hurle sur ce scandale de communication qui dit chaque année depuis plus de 10 ans « la situation est catastrophique, c'est la dernière année qu'on peut encore intervenir sur l'avenir du climat ».

Donc, pour votre campagne de sensibilisation liée à COP21, je vous trouve bien léger.

 

Il n'y aura que la guerre pour faire entendre raison aux dirigeants. Et encore ! La plupart de ces dirigeants la prépare en douce cette ultime guerre mondiale. Mais ils envisagent de faire combattre les peuples les uns contre les autres.

Vous voulez nous sauver ! Et bien lancez donc la guerre des peuples contre les dirigeants; POINT !

Tout autre solution est une impasse.

La guerre du climat, c'est la guerre des profits; POINT !

Et il n'y a pas de petits profits qui n'aggravent le climat.

Je viens de recevoir la newsletter de la dernière étude des contribuables associés.

Vous voulez sauver la planète, commencez par obtenir l'exemple des dirigeants avec la suppression de tous leurs avantages (IRFM des députés/sénateurs/ministres).

Sans cela, arrêtez de nous alerter « bisounours », c'est même pas drôle.

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 20:00

La peste, hummm... dans les sous-sols

Je ne peux pas diffuser une capture de l'article de DirectMatin qui commente l'émission sur France5: « Le monde en face. Pollution des sols: le scandale caché », car pas prémium chez overblog.

Bon, les liens sont possibles. France5

Je dis bravo à ce documentaire, mais également honte à ces révélations restrictives. Les industriels seraient les principaux responsables. Une juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris proposerait « Ce qu'il faudrait, c'est un délit de pollution qui soit dans le code pénal. Le pollueur sera non seulement le payeur, mais il sera aussi le responsable pénal ». Là, je vois rouge. Je déduis que l'état va chercher encore à faire payer autrui pour se remplir les poches. J'affirme ma conviction que les sites dépendants directement du gouvernement (bases militaires, sites nucléaires, services techniques des ponts et chaussées, centres de recherches spatiales, SNCF, et bien d'autres; ballastières) sont bien plus pollués que les sites industriels privés. J'estime que cette juge d'instruction, à un poste si proche du pouvoir politique, est forcément au courant et qu'à son poste de haut fonctionnaire bien nanti, elle est une haute polluante de l'environnement. Honte à ces grands commis de l'état qui nous cachent la vérité sur les vrais responsables.

Le choléra, beuarkkk..... dans les villes du futur.

Très bien aussi le commentaire de DirectMatin sur cette émission d'ARTE. Surtout la photo choisie pour accompagner le commentaire, « la cité futuriste verte et hyperconnectée King Abdullah Economic City, en Arabie Saoudite », totalement en lien avec mon précédent message sur la démesure des plus grands chantiers au monde.

Les journalistes qui ont réalisé ces enquêtes se projettent en 2050. Les pauvres n'ont pas voulu faire peur aux téléspectateurs en occultant les risques d'apocalypse si proche (article aujourd'hui sur mon autre blog: « La révolution de 1789 est bafouée, annulée, sa descendante est inéluctable »). Le choléra, future arme chimique qui se régalera de ces mégapoles...

Cette vision des villes du futur est mortelle car elle oublie ce qu'implique de telles évolutions: le maintien de ce système actuel financier qui n'est régit que par « après moi le déluge ».

 

Bien, pauvres téléspectateurs que je plains, même si me lisant vous êtes aussi internaute et donc peut-être pas autant lobotomisé que je le suppose, je ne peux pas vous aider dans ce choix entre la peste et le choléra, car je me passe tout-à-fait de télévision depuis 2011 et le passage à la TNT, ayant refusé d'acheter un décodeur.

 

Bruno

Repost 0
Published by druille - dans Environnement
commenter cet article

Articles Récents

  • ODD contre noctambules
    ODDyssée vers 2030 propose des objectifs d’apprentissage dans « L’éducation en vue des objectifs de développement durable ». Je malaxe cette info récente avec l’actualité, et donc avec la « Conférence nationale de la vie nocturne ». 20Minutes titre son...
  • Macron laisse 1 % à Nicolas Hulot
    En études environnementales, on pratique beaucoup les théories de Pareto (80 % de conséquences proviennent de 20 % des causes). Et donc, on se concentre sur les items les plus significatifs. Fermer les vannes d'hydrocarbures, c'en est une ! VANNE ! Car...
  • La Zététique moins forte que la publicité !
    Cerveau&Psycho n°91 propose un super article sur l’enseignement (voire le développement) de l’esprit critique. Il m’apprend l’excellente notion de la zététique ou l’art du doute raisonnable. Mais la société consumériste a rapidement cerné le risque de...
  • SAUVER la Planète, avec l'aide des psys ?
    Le magazine «Cerveaux & Psycho » n° 91 de septembre propose un petit article de 2 pages « Make your planet great again ». « Á l'heure où les États-Unis ont décidé de se retirer des accords de Paris sur le climat, il apparaît de plus en plus urgent de...
  • Décisions durables
    Le magazine « Décisions durables » n° 31 de cet été analyse la MACRONOMIE (j’ai lu l’article mais la politique de com web semble prévoir aucun lien avec les articles du numéro en vente !, alors macronomie médiapart ). Cette bonne idée de fusionner des...
  • l’ESS mis en lumière
    Les acteurs de l’ESS auraient-ils voté pour notre président actuel ?Assurément, NON.Une nouvelle publication ( Les acteurs de l’ESS porteurs d’innovation sociale au service de la transition écologique ) m’apprend pourtant son poids significatif [En Ile-de-France,...
  • Horizons 2030-2050.
    Les vacanciers se soucient de l’horizon. Mais seulement de l’horizon du soir, pour imaginer quelle sera la météo du lendemain pour leurs loisirs de vacanciers. Je viens de trouver à mon centre de documentation professionnel une ancienne publication intitulée...
  • Facteur 4.
    Qui se souvient du Facteur 4 de 2005 ? Ce n’était pas la multiplication par 4 du salaire des joueurs de foot (pour atteindre le record du transfert de Neymar), ni la multiplication par 4 du nombre de foyers français déclarants plus de 1 million de revenus...
  • Localtis me sidère
    Je n'en peux plus de tout ce « battage » environnemental. En plus, je viens d'acheter le livre « Aux origines de la décroissance – 50 penseurs ». Je m’apprête à déprimer puissance 10 : lire certainement tant de bonnes idées et constater qu'aucune n'est...
  • L'Europe pire que la France
    Eurostat vue d’ensemble des ODD : [ Assurer à chacun une vie digne pour chacun, dans les limites de ce que la planète peut offrir, tout en conciliant l’efficacité économique, l’inclusion sociale et la responsabilité environnementale constitue l’essence...