Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de druille QSE
  • Le blog de druille QSE
  • : Modification de la description le 17 mars 2016: Décroissance environnementale et lutte anti-tabac, au départ QSE, avec depuis peu devoir de réserve et donc blog en sommeil.
  • Contact

Texte Libre

Diplôme en 2013 Ingénieur de la dépollution, INSA de Toulouse. Fin mars 2016 fonctionnaire affecté au CGDD du MEEM.

 

Recherche

Texte Libre

Pauvre Overblog, comme je ne suis pas "premium", lors de la bascule sur la nouvelle interface, les commentaires ont disparus. Et j'ai dû revalider dans la gestion l'affichage des albums photos et des archives.

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 23:48

RMC ? Ben non, ici c’est pas Radio Monte Carlo, mais bien mon avis sur ce nouveau concept de ratio de consommations de matières premières. (Stefan Bringezu, expert du GIER, a proposé une cible pour fixer un niveau durable de consommation de matières premières au niveau mondial de 3 à 6 tonnes de consommation de matières par habitant exprimées en équivalent matières premières (RMC) à l’horizon 2050. Le RMC pour la France (première estimation) a été évalué, en 2010, à 15 tonnes par habitant.) «Produire plus avec moins de matière : pourquoi ? »{dans la collection THEMA du MEEM}.

 

Dans ce calcul, je m’interroge sur ce qui est réellement pris en compte. Un français qui achète une voiture, ok, on peut lui affecter un poids de matières, idem pour l’essence qu’il va consommer et tout ce qu’il achète pour manger et s’habiller.

On va aussi compter toutes les matières premières qu’il consomme en s’équipant de technologies (smartphones, ordinateurs, hifi…).

Mais est-ce qu’on va lui affecter une partie des matériaux qui ont servi à construire les centrales nucléaires, les barrages hydrauliques et le réseau de transport de l’électricité qu’il consomme. Est-ce qu’il est responsable de la consommation des matières premières des services et outils qu’il utilise pour son travail (ordinateurs, bâtiments, téléphone, cantine…) ?

J’estime qu’un calcul reflétant la réalité doit prendre en compte le cycle de vie du français. Et dans sa vie, il consomme des services bancaires (donc une part des matières premières qui permettent de construire les banques et tout ce qui gravite avec), des services médicaux (rebelote, médecins, hôpitaux, médicaments…), des services juridiques et de sécurité, des services éducatifs. Mais aussi, il consomme énormément de loisirs : télévision, voyages, spectacles, activités sportives et culturelles. Si on doit lui affecter une part de tout ce que ces activités consomment comme matières premières, j’estime qu’on est loin du compte avec 15 tonnes par an. Je multiplierais bien ce chiffre par 10 !

Et il faudrait rajouter toutes les consommations des infrastructures conceptuelles qui permettent le fonctionnement de la société d’aujourd’hui. Par exemple tous les immeubles et toutes les équipes de conception et de mise en orbite des satellites de communications (ces gens vivent un peu comme des nababs par rapport aux pauvres du tiers monde et donc il faut intégrer une part de leurs propres consommations), ou encore toute la structure informatique de la toile mondiale avec les GAFA et toutes les S.S.I.I. . Et encore, comme très gros consommateurs au service des français, il faut rajouter les institutions qui nous gouvernement (ministères, parlement, collectivités territoriales…).

Bref, c’est infini….car tout se tient, de l’argent aux conditions de vie, et même tout ce qui gère la mort (cimetières, notaires, cérémonies religieuses, etc).

Alors, essayons un petit pareto pour voir ce qui consomme le plus (sans être exhaustif car je ne suis pas du tout un expert).

En premier, je mettrais la sécurité, représentée pour celle d’un français par le conglomérat armée/justice/police/création d’armes/implication guerres moyen orient (33%).

En second, je verrais bien tout ce qui concerne la santé et les conditions de vie en bonne santé (retraites/suivis médicaux/hôpitaux/médicaments) (15%).

Ensuite, je mettrais les énergies composées d’électricité et de produits pétroliers (10%).

Puis je placerais l’alimentation, presque à égalité avec les loisirs (9 % chacun).

Suivrait le bâtiment (logement/travail/infrastructures des services) (8%).

Enfin viendrait l’habillement (5%) juste après le système éducatif (7%), et pour finir une foule de petits moments de vie (même en dormant, un français consomme des matières, tout simplement en respirant de l’air; et, ironie, cet air est bien plus pollué qu‘il y a 200 ans alors l’homme consomme et stocke au XXI° siècle beaucoup plus de particules).

 

En conclusion, je trouve que dépenser de l’énergie à concevoir un nouvel indicateur est bien ridicule, surtout aussi complexe. Nous possédons suffisamment de connaissances sur les principaux écueils de notre société : POUVOIR/ARGENT/SEXE.

Supprimons l’attrait pour ces 3 sataniques thèmes, nous supprimerons d’un coup la pauvreté, les guerres, la course aux armements, les pollutions et la croissance débile de tous les biens de consommations courante et de loisirs qui gravitent autour de ces 3 grands principes de notre monde capitaliste aujourd’hui.

SUPPRIMONS LE CAPITALISME, LE RMC PASSERA À 1 TONNE PAR HABITANT !

Bruno

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

  • ODD contre noctambules
    ODDyssée vers 2030 propose des objectifs d’apprentissage dans « L’éducation en vue des objectifs de développement durable ». Je malaxe cette info récente avec l’actualité, et donc avec la « Conférence nationale de la vie nocturne ». 20Minutes titre son...
  • Macron laisse 1 % à Nicolas Hulot
    En études environnementales, on pratique beaucoup les théories de Pareto (80 % de conséquences proviennent de 20 % des causes). Et donc, on se concentre sur les items les plus significatifs. Fermer les vannes d'hydrocarbures, c'en est une ! VANNE ! Car...
  • La Zététique moins forte que la publicité !
    Cerveau&Psycho n°91 propose un super article sur l’enseignement (voire le développement) de l’esprit critique. Il m’apprend l’excellente notion de la zététique ou l’art du doute raisonnable. Mais la société consumériste a rapidement cerné le risque de...
  • SAUVER la Planète, avec l'aide des psys ?
    Le magazine «Cerveaux & Psycho » n° 91 de septembre propose un petit article de 2 pages « Make your planet great again ». « Á l'heure où les États-Unis ont décidé de se retirer des accords de Paris sur le climat, il apparaît de plus en plus urgent de...
  • Décisions durables
    Le magazine « Décisions durables » n° 31 de cet été analyse la MACRONOMIE (j’ai lu l’article mais la politique de com web semble prévoir aucun lien avec les articles du numéro en vente !, alors macronomie médiapart ). Cette bonne idée de fusionner des...
  • l’ESS mis en lumière
    Les acteurs de l’ESS auraient-ils voté pour notre président actuel ?Assurément, NON.Une nouvelle publication ( Les acteurs de l’ESS porteurs d’innovation sociale au service de la transition écologique ) m’apprend pourtant son poids significatif [En Ile-de-France,...
  • Horizons 2030-2050.
    Les vacanciers se soucient de l’horizon. Mais seulement de l’horizon du soir, pour imaginer quelle sera la météo du lendemain pour leurs loisirs de vacanciers. Je viens de trouver à mon centre de documentation professionnel une ancienne publication intitulée...
  • Facteur 4.
    Qui se souvient du Facteur 4 de 2005 ? Ce n’était pas la multiplication par 4 du salaire des joueurs de foot (pour atteindre le record du transfert de Neymar), ni la multiplication par 4 du nombre de foyers français déclarants plus de 1 million de revenus...
  • Localtis me sidère
    Je n'en peux plus de tout ce « battage » environnemental. En plus, je viens d'acheter le livre « Aux origines de la décroissance – 50 penseurs ». Je m’apprête à déprimer puissance 10 : lire certainement tant de bonnes idées et constater qu'aucune n'est...
  • L'Europe pire que la France
    Eurostat vue d’ensemble des ODD : [ Assurer à chacun une vie digne pour chacun, dans les limites de ce que la planète peut offrir, tout en conciliant l’efficacité économique, l’inclusion sociale et la responsabilité environnementale constitue l’essence...